Le millésime 2012

Découvrez le millésime 2012,  beaucoup de fruit, une bonne maturité, un bel équilibre

C’est un millésime difficile  en raison d’un retard dans la  floraison et au niveau de la maturation d’un  temps peu clément en  juillet et août ;  comme cette année septembre a sauvé le millésime   Une vendange très saine, mais  déficitaire en quantité. Chez nous ,il y a deux raisons à cela : tout d’abord, l’année 2012, n’est pas une grande année fructifère, nous venions d’avoir trois millésimes généreux et je pense que la vigne avait besoin de souffler un peu; ensuite nous avions choisi de faire une taille très sévère. donc peu de fruits … nous avons fait une récolte à 50% de moins mais une très belle récolte, ce qui est primordial.

Notre gros problème était : quand commencer les vendanges ? Il y avait deux écoles, celle des brillants œnologues qui nous conseillent qu’il faut toujours attendre plus de maturité, et celle, dont je suis, qui est de dire que le beau temps ne va pas durer jusqu’à Noël… Nous avons donc commencé les vendanges le 28 septembre pour finir le 5 octobre, soit le dernier jour de beau temps du mois d’octobre. On a tout entendu, qu’on allait faire des vins herbacés, des vins durs, des vins verts, et je ne sais trop quoi… Eh bien, nous avons un 2012 magnifique ! Une année à fort degré alcoolique, puisque forcément nous n’avons pas eu de dilution, une très belle matière, avec beaucoup de fruit, des vins très charnus°. Je me félicite de cette année 2012, qui donnera des vins de garde, avec de très bon Ph aux alentours de 3,5 et 3,6. Nous avons, depuis 2006, 2007 et 2008, des vins très typés Bordeaux , des vins que j’aime ! Des vins de fraîcheur, fruités, des vins caressants, avec un peu de légèreté peut-être, mais pour moi je trouve que c’est de l’intelligence ! Et puis on a eu 2009, 2010 et 2012, des vins plus solaires, plus corsés. En 2011, on renoue avec cette tradition bordelaise : des vins de fruit, avec des structures qui ne sont pas agressives, des vins tendres. J’aime beaucoup le 2011, il me rappelle ces années passées. Actuellement, nous finissons le 2009, on va entamer les 2010 puis 2011. Les 2011 seront des vins qui vont s’ouvrir vite, je ne pense pas qu’ils seront de grande garde. Ce sont des vins de plaisir que j’aime beaucoup. Les grands savants de la dégustation viennent nous dire avec beaucoup de morgue que ce sont des vins de soif ! Non, au contraire, ce sont des vins très charmeurs avec de la finesse, j’en trouve de moins en moins dans les vins de Bordeaux on essaie de forcer la matière au détriment de l’intelligence et de la délicatesse, justement. »

Alain Cailley

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *