La région des Graves et du Sauternais

PESSAC LEOGNAN

La partie du vignoble des Graves la plus proche de Bordeaux et celle où sont situés tous ses crus classés. L’appellation s’étend malgré son nom sur bien plus de deux communes, certaines se situent dans l’agglomération bordelaise comme Mérignac, Talence ou Villenave d’Ornon. Les autres sont plus proches de la Garonne comme Martillac ou Léognan possédant la plus grande proportion de vignoble. Vins rouges sérieux et harmonieux, à la texture serrée. On trouve dans les vins une réelle expression du style de l’appellation avec une excellente homogénéité en particulier pour les rouges. Les blancs  se montrent savoureux et élégants.

 

GRAVES (sans Pessac-Léognan)

Le vignoble commence à Portets, et finit au sud à Langon. Vins rouges équilibrés, fruités mais sans commune mesure avec ceux de Pessac-Léognan. Les rouges sont régulièrement d’un bel équilibre, mais rarement d’une grande concentration. Ils respectent la personnalité du terroir, composé comme son nom l’indique de graves sur des zones fraîches. Vins blancs de grande qualité et pleins de personnalité. Les Graves produisent des vins blancs très prisés. Il est vrai qu’ils offrent souvent des expressions franches du sauvignon et du sémillon, les deux cépages dominants, l’un apportant l’acidité (le sauvignon), l’autre l’expression aromatique (le sémillon). Leur aptitude à l’élevage en bois leur donne de plus une belle complexité, certains l’accentuant au vieillissement.

Cérons : petite partie du vignoble des Graves pouvant produire dans les meilleurs millésimes des vins liquoreux de belle finesse.

BARSAC, SAUTERNES

Vins liquoreux de grande race, vieillissant magnifiquement. D’un style plus nerveux et plus frais, les vins de Barsac peuvent choisir de s’appeler soit Barsac, soit Sauternes. Le niveau d’ensemble a très nettement progressé dans les années quatre-vingt, mais ces vins qui nécessitent des coûts et des soins de production énormes ne tolèrent pas la médiocrité.
Il est très difficile de produire des vins liquoreux à un prix raisonnable. C’est l’exemple du vin qui ne peut que se vendre cher car il coûte une fortune à produire. Imaginez, vendanger les raisins grains par grains, en tris successifs, pour récolter la fameuse pourriture noble qui fera toute la race de ces vins !

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *